Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Le nom du centre est dû au pédagogue et maître des maîtres Joan Bardina et Castara (Sant Boi de Llobregat, 1877- Valparaiso, 1950) qui en plus de révolutionner la pédagogie catalane au début du vingtième siécle fut chercheur et créateur de nouvelles voies sociales, économiques et politiques.

Le centre d’Estudis Joan Bardina est une association sans but lucratif fondée l’année 1984 dans le but de développer à partir des suggestions de Joan Bardina, études et propositions qui aideraient à esquisser des modèles de solidarité et de convivialité humaines.

Les recherches en cours établies il y a déjà longtemps par Agustí Chalaux de Subirà (Sant Genis dels Agudells, 1911-Barcelona, 2006) source d’intuitions et père des hypothèses fondamentales de travail et fondateur de notre centre, se basent sur ces différents points :

• Application de « l’empirisme phénoménologique expérimental » aux phénomènes sociaux, économiques et politiques, susceptibles d’être analysés logiquement et expérimentés techniquement afin de chercher des structures favorables de libertés concrètes.

• Elaboration d’une terminologie univoque indispensable à tout traitement « scientifique » des phénomènes selon l’étude de la signification originelle des mots et de leurs dérivés (sem-étymo-linguistique).

• Etude interdisciplinaire des différentes étapes de l’histoire naturelle, principalement l’humaine, comme cadre pour comprendre les conflits sociaux et mercantiles actuels.

• Etude sur le thème utilitaire déterminant dans l’histoire : économie, invention, entreprise, marché, travail, monnaie, écologie…

• Etude et propositions sur la rationalisation de la monnaie, pour la convertir en un instrument responsable omni-informatif et donc, intra comptable, du marché et de la société (« facture-chèque telématique »).

• Etude des possibles conséquences sociales qui dérivent de la réforme monétaire télématique : archive télématique d’informations personnelles sous la protection d’une justice indépendante de l’état, simplification fiscale, omni-comptabilité, mesure exacte du marché, science économique expérimentale…

• Elaboration de propositions sur :

• « Marché libre, clair et société transparente ». Eviter que l’argent mercantile ne se transforme en « argent de corruption et de pouvoir » et interdire le mercantilisme des vocations et institutions libérales.

• « Dialectique entre  » archi et anarchie  » ». Préciser les fonctions des organes de commandement social à tous les niveaux, pour empêcher la transformation en pouvoir contre les personnes individuelles, sociales et nationales.

• « Dialectique entre bien privé et bien commun ». Formulation de l’hypothèse du « bien commun mercantile » techniquement expérimenté avec la « facture-chèque télématique ».

• Etude des stratégies d’obtention des propositions formulées.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.